balmain boutique paris,cazal lunette,Après Istanbul, les chefs de gouvernement en appellent à l’unité contre le terrorisme,
lunettes carrera homme,
lunette en bois

Après Istanbul, les chefs de gouvernement en appellent à l’unité contre le terrorisme

L’aéroport international Atatürk d’Istanbul a été la cible d’un attentat-suicide dans la soirée de mardi 28 juin. Selon un bilan encore provisoire, 36 personnes ont été tuées et 147 autres ont été blessées. L’attaque n’a pas été encore revendiquée. Quant à l’identité des victimes, elle reste pour le moment inconnue. La situation en direct :   Au moins 31 morts dans un attentat-suicide à l’aéroport Atatürk d’Istanbul Le président turc, Recep Tayyip Erdogan,Après Istanbul, les chefs de gouvernement en appellent à l’unité contre le terrorisme, a aussitôt lancé un appel à une « lutte commune » contre le terrorisme sur le plan international. « J’espère vivement que l’attaque visant l’aéroport Atatürk sera un tournant, une charnière, pour la lutte commune à mener, avec en tête les pays occidentaux, sur toute la planète contre les organisations terroristes », a précisé le chef de l’Etat turc dans un communiqué. Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU),balmain paris perfume, Ban Ki-moon, a assuré « se tenir fermement au côté de la Turquie », soulignant « la nécessité d’intensifier les efforts régionaux et internationaux pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent ». Lire notre synthèse :   Ce que l’on sait de l’attentat à l’aéroport Atatürk d’Istanbul La France solidaire avec la Turquie Lors d’une conférence de presse, mardi, le président de la République, François Hollande, a de son côté « condamné fermement » un « acte abominable ». Le chef de l’Etat s’exprimait depuis Bruxelles à l’issue du premier jour du sommet européen. Il s’agit désormais de « faire en sorte que nous puissions faire tout ce qu’il est possible d’engager contre le terrorisme, notamment dans cette région », a souligné le chef de l’Etat. « Nous devons coordonner encore davantage nos services et mener autant qu’il est possible les actions nécessaires contre le terrorisme et les trafics », a-t-il plaidé. Aussitôt après avoir appris les tragiques événements qui s’étaient produits en Turquie, le premier ministre français, Manuel Valls, a également réagi. « Horrifié par l’attentat barbare à l’aéroport d’Istanbul. La France avec les Turcs contre le terrorisme. »,
balmain boutique paris, a-t-il tweeté. Horrifié par l’attentat barbare à l’aéroport d’#Istanbul. La France avec les Turcs contre le terrorisme.— manuelvalls (@Manuel Valls) Dans un communiqué, le président socialiste de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone,
balmain paris portefeuille, a pour sa part dénoncé un « acte barbare ». « Je veux réaffirmer au peuple turc l’amitié et la solidarité des députés français »,Après Istanbul, les chefs de gouvernement en appellent à l’unité contre le terrorisme, a-t-il ajouté, soulignant que « plus que jamais la France est déterminée dans son combat contre le terrorisme, pour la défense de la démocratie ». De son côté, Alain Juppé, le maire de Bordeaux et candidat à la primaire du parti de droite Les Républicains, s’est également exprimé. « Istanbul, berceau de civilisations, une nouvelle fois victime du terrorisme. Solidarité », a-t-il tweeté. Les Etats-Unis ne « peuvent pas se désengager » face à la menace terroriste Les Etats-Unis ont eux aussi très vite condamné les attaques, qualifiées d’« abominables ». Les autorités américaines ont par ailleurs assuré la Turquie, membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), de leur soutien. « L’aéroport international Atatürk, comme l’aéroport de Bruxelles qui a été attaqué plus tôt cette année, est le symbole des connexions internationales et des liens qui nous unissent », a notamment affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest. Hillary Clinton, l’ancienne secrétaire d’Etat américaine et candidate du Parti démocrate à la présidentielle états-unienne de novembre, a estimé que l’attaque-suicide contre l’aéroport d’Istanbul rappelait que les Etats-Unis ne pouvaient pas « se désengager » face à la menace terroriste. Cet attentat « ne fait que renforcer notre volonté de défaire les forces du terrorisme et du djihadisme radical dans le monde entier », a-t-elle déclaré par voie de communiqué. « Nous devons approfondir notre coopération avec nos alliés et nos partenaires au Moyen-Orient et en Europe pour faire face à cette menace », a-t-elle ajouté. "All Americans stand united with the people of Turkey against this campaign of hatred and violence." —Hillary https://t.co/QmSccJvcV0— HillaryClinton (@Hillary Clinton) Donald Trump, le candidat républicain à la présidentielle américaine, a pour sa part jugé que l’attentat d’Istanbul était le signe que « la menace terroriste n’a[vait] jamais été aussi grande ». « Nos ennemis sont violents et sans merci et ils mettront tout en œuvre pour tuer ceux qui ne se plient pas à leur volonté. Nous devons prendre des mesures maintenant pour protéger l’Amérique et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour améliorer notre sécurité », a-t-il ajouté. We must do everything possible to keep this horrible terrorism outside the United States.— realDonaldTrump (@Donald J. Trump)

Advertisements