Karim Ferchiou, le trublion de Voitures Noires

C’est un stand de belle taille au fond du pavillon 4, le même que celui des Porsche et des Audi. Le visiteur est accueilli par une Rolls-Royce noire et deux jeunes femmes en minirobe sombre et escarpins Louboutin vernis. Au-dessus,lunette solaire, un logo très fashion laisse deviner deux lettres : VN.

Voici la dernière folie de Karim Ferchiou, président de Voitures Noires, le premier loueur français de grosses berlines pour chauffeurs de VTC, les Uber, Chauffeur privé,chanel lunette de vue, SnapCar et autres Marcel. Le patron, 40 ans en décembre, s’est offert un grand emplacement – 1 million d’euros au bas mot – au Mondial de l’automobile de Paris,persol pliable, le plus important salon du secteur, qui fermera ses portes dimanche 16 octobre. Créée en 2013 avec 15 000 euros, la société Voitures Noires loue aujourd’hui 3 500 voitures en France, et réalise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros.

Karim Ferchiou – grande carcasse, sourire enjôleur, tchatcheur impénitent – rentre par la fenêtre quand la porte se ferme. La preuve avec ce stand installé dans l’un des pavillons phares du salon alors qu’il n’est ni un constructeur ni un équipementier de premier rang. Tous les non-industriels sont rassemblés dans les pavillons 2 ou 3, la plupart sur des petites surfaces. Tous sauf Voitures Noires.

« Nous ne voulions pas de ce type d’emplacements », affirme Marine Levy, directrice du marketing et de la communication. Hors de question pour M. Ferchiou de rester cantonné dans un secteur de seconde zone. Du côté des organisateurs, on assure n’avoir en aucune manière avantagé le loueur de berlines. « Le Mondial évolue, c’est désormais aussi le salon de la mobilité, explique Emmanuelle Casola, attachée de communication. Voitures Noires représente cette nouvelle économie. »

La découverte d’une niche prometteuse

L’épisode est révélateur de la personnalité de ce trublion des transports, et il faut aller aux racines pour mieux la comprendre. L’entrepreneur…

Advertisements