Joyce DiDonato, la « diva de Kansas City », met Paris en émoi

Plus resplendissante que jamais à 47 ans, la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato donnait, le 13 novembre, un magnifique récital au Palais Garnier. A Paris, l’heure est à la commémoration des victimes des attentats du 13 novembre 2015,celine lunettes 2016, à quoi semblent faire écho les œuvres choisies, qui parlent de perte de l’être aimé, de la solitude de celui qui reste. Ainsi de la rare cantate profane italienne de Haydn,polaroid prix, Arianna a Naxos, entre mélodrame et opéra, poignant récit narrant le destin de la princesse crétoise délaissée par Enée. Timbre délicatement charnu, aigus rayonnants,marc jacob lunette de soleil homme, souffle inextinguible, la cantatrice en module tour à tour l’interrogation angoissée, la terreur d’abandon et la plainte infinie. La « diva de Kansas City » s’adresse ensuite à son public. Elle dit son émotion d’être là en ce jour précis mais ne dévoile pas qu’il y a un an, elle décida de bouleverser le programme d’airs baroques inédits qu’elle préparait pour Erato et rassembla pour l’album qui vient de sortir un florilège au titre militant, In War & Peace : Harmony through Music. La cantatrice évoque aussi, sans le rappeler, le souvenir heureux de ses débuts rossiniens à Paris en 2002 : d’abord Le Barbier de Séville, mis en scène par Coline Serreau,lunette oakley polarized, puis le rôle-titre de La Cenerentola, de Jérôme Savary, avec Juan Diego Florez. Chacun sait le nombre de planches brûlées depuis par la DiDonato,prix polaroid, de Covent Garden au Metropolitan Opera de New York en passant par Salzbourg,adidas yeezy 750 boost v2, Barcelone ou La Scala de Milan. C’est là qu’en octobre 2011 un certain Chevalier à la rose, sous la direction de Philippe Jordan,adidas yeezy boost prix, avait scellé entre Octavian et son chef d’orchestre l’idée d’un récital à Paris. Les graves de Joyce DiDonato plongent dans cette apnée de la douleur Le pianiste Philippe Jordan et la chanteuse ont entamé d’un seul élan le Lied All mein Gedanken, de Richard Strauss, un chant sur les ailes de l’amour qui…

Advertisements